Depuis 2014, la loi permet aux personnes concernées par une infraction d’être informées sur leur droit de participer à des mesures de justice restaurative.

Alors que certaines questions demeurent sans réponse après une infraction, les mesures de justice restaurative offrent désormais l’opportunité aux personnes volontaires qu’elles soient victimes ou infracteures, de bénéficier d’un espace d’écoute et de dialogue, respectueux de leurs droits et de leurs choix.

En amont, un travail individuel de préparation permettra aux personnes de décider si elles souhaitent communiquer ou échanger et sous quelles modalités.

Plusieurs garanties sécurisent ces dispositifs : la reconnaissance des faits, la possibilité d’arrêter le processus à tout moment, l’accompagnement des participant.e.s par des intervenant.e.s formé.e.s, la confidentialité des échanges.

La justice restaurative a pour seul objectif d’offrir à toutes les personnes concernées par le crime un espace de dialogue sécurisé et respecteux de tous ceux qui y participent.

Elle a pour finalité, la restauration de tous par :

  • la resocialisation de la personne infracteure, (lien promesses de la justice restaurative pour la personne infracteure)
  • la réintégration de la personne victime après réparation de tous ses préjudices (lien promesses de la justice restaurative pour la personne victime),
  • le rétablissement de la paix sociale au sein de la communauté (lien promesse justice restaurative pour les communautés)

Si vous avez commis ou subi une infraction et que vous souhaitez participer à une mesure de justice restaurative, contactez la coordinatrice de l’antenne présente sur votre département.
Si vous souhaitez vous investir, vous pouvez le faire en tant que bénévole pour la justice restaurative en cliquant ici.