A cost-benefit analysis of Hollow Water’s community holistic circle healing process

Auteur(s) : J. COUTURE

Titre : A cost-benefit analysis of Hollow Water’s community holistic circle healing process

Année : 2001

Type de mesure : Cercles de guérison

Lieu(x)/ localisation : Canada (Hollow Water)

Méthodologie : Le Community Holistic Circle Healing (CHCH) est une démarche centrée sur le processus qui implique largement tous les protagonistes de l’infraction ainsi que leurs proches et toutes personnes concernées dans le but de créer un équilibre physique, émotionnel, intellectuel et spirituel. L’approche privilégiée par les chercheurs est participative afin que les connaissances récoltées bénéficient à la recherche mais également aux communautés. Elle repose sur deux principes de base : la collaboration et l’action. S’agissant du premier, la recherche entend identifier les forces et les ressources présentes au sein de la communauté en facilitant l’appropriation par les aborigènes du projet durant toutes les phases de la recherche. Les méthodes de collecte des données ont été développées conjointement grâce à des réunions d’équipe et des consultations de la communauté. Ainsi le rapport final est le fruit d’une collaboration puisqu’il a été revu à chaque stade de son développement par la communauté. S’agissant du second, il est lié à l’expression d’un besoin de changement social. La communauté a pu bénéficier des outils de récolte des données, d’une compréhension des procédures de recherche de base présidant une évaluation holistique et qualitative et également de la possibilité d’assister les chercheurs. Mais l’une des dimensions les plus importantes est le respect par les chercheurs des protocoles en vigueur au sein de la communauté basés sur des valeurs communes et qui encadré la recherche. L’objectif du projet était de mettre en exergue la valeur ajoutée apportée par les CHCH. Des méthodes qualitatives et quantitatives ont été utilisées notamment pour déterminer l’effectivité des coûts du programme de CHCH en veillant à ce que les méthodes de recherches soient adaptées à la fois à la communauté et au contexte très chargé émotionnellement des affaires traitées au sein des cercles. S’agissant de la démarche qualitative, des entretiens semi-directifs avec les personnes chargées de la mise en œuvre des cercles ont été menés mais également de nombreux entretiens « libres ». 50 entretiens et des focus groupes ont également été menés avec les membres de la communauté et les membres du groupe, des actuels et anciens membres de l’équipe du CHCH, des éducateurs, des psychologues, etc. Ces entretiens présentaient des dimensions à la fois quantitative et qualitative. L’aspect quantitatif a compris l’analyse des données collectées à travers la comparaison du coût des CHCH avec ceux de la justice pénale classique sur une période de 10 ans.

Résultats quantitatifs : 107 auteurs ont participé à un CHCH, entre 400 et 500 victimes ont été impliquées dans le processus ainsi que l’ensemble de leur communauté d’appartenance. Les infractions sont de nature sexuelle. L’étude d’une comparaison des coût implique que soit posées plusieurs hypothèses : en moyenne les auteurs autochtones accomplissent 60% de leur peine en prison, les individus ayant participé au processus auraient été reconnus coupables et condamnés par un tribunal à la peine moyenne appliquée pour les autochtones ayant commis une infraction similaire. Autre hypothèse, les coût de détention provisoire sont de la compétence du gouvernement provincial et sont estimés à 19 500 $ par auteur.

Le CHCH a été opérationnel pendant 10 ans, pendant lesquels les gouvernements provincial et fédéral ont participé à auteur de 240 000$ par an soit 2 400 000$ sur 10 ans. Sur la même période et pour les mêmes services fournis, le coût moyen de la justice pour les services gouvernementaux est de 6 212 732$ à 15 901 885$. De plus, le taux de récidive moyen pour les auteurs d’infractions sexuelles est de 13% et pour toutes infractions confondues de 36%. Or, en 10 ans seulement deux auteurs participants au CHCH ont récidivé (2% environ).

Ce projet a « détourné » 94 auteurs/abuseurs du système de justice provincial et fédéral, très peu d’entre eux ont récidivé, les économies réalisées oscillent entre $6 000 000 et 16 000 000$.

Résultats qualitatifs : Les bénéfices pour la communauté d’Hollow Water se mesurent à l’aune des perceptions de la population qui estime que son « bien-être » a augmenté à travers la reconstruction de certains liens sociaux permise par les CHCH. Davantage de personnes poursuivent et complètent leur cursus scolaire, les compétences parentales sont améliorées, le sentiment de sécurité a augmenté, le retour à l’organisation de cérémonies traditionnelles et la diminution de la violence en général.

Remarques : Cette recherche présente un intérêt particulier quant à la méthodologie participative utilisée auprès de communautés autochtones.

Lien : http://www.publicsafety.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/cst-bnft-hllw-wtr/cst-bnft-hllw-wtr-eng.pdf

 

I.F.J.R, BP 70131, 64001 PAU CEDEX 01