The effectiveness of restorative justice processes : a meta-analysis

Auteur(s) : J. LATIMER, C. DOWDEN, D. MUISE

Titre : The effectiveness of restorative justice processes : a meta-analysis

Année : 2001

Type de mesure : Médiation et conférence restauratives

Lieu(x)/ localisation : International

Méthodologie : Les auteurs ont choisi de concevoir une méta-analyse afin de vérifier l’efficacité des pratiques de justice restaurative. Une définition opérationnelle de la justice restaurative a été élaborée : la justice restaurative est une réponse volontaire et communautaire à un comportement criminel qui vise à réunir la victime, le délinquant et la collectivité afin de réparer les préjudices causés par le comportement criminel. La définition a servi de guide pour sélectionner les études incluses dans la méta-analyse. Les résultats mesurables évalués pour cette étude sont : la satisfaction de la victime et du délinquant, le taux de récidive et d’exécution de l’accord d’indemnisation. La sélection des études s’est faite selon les critères suivants : 1. L’étude portait sur un programme de justice réparatrice (restaurative) qui correspondait à la définition opérationnelle ; 2. Dans le cadre de l’étude, les auteurs ont eu recours à un groupe de contrôle ou de référence qui n’avait pas participé à un programme de justice réparatrice ; 3. Au moins un des quatre résultats suivants a été observé pour le groupe étudié et le groupe de contrôle/référence : récidive, satisfaction de la victime, satisfaction du délinquant et(ou) conformité à l’accord de dédommagement ; 4. Les renseignements statistiques présentés étaient suffisants pour permettre de calculer une taille d’effet (mesure de la force de l’effet observé d’une variable sur une autre). Les études sont celles publiées dans les 25 dernières années, sur Internet, dans des revues de sciences sociales et celles issues de rapports gouvernementaux et non-gouvernementaux. Une collecte de données a été opérée à l’aide d’une procédure de codage (informations sur l’étude, caractéristiques du programme, caractéristiques des participants, mesures des résultats, caractéristiques méthodologiques). Les études choisies utilisent un groupe contrôle et la répartition aléatoire des participants dans ce dernier et le groupe intégrant le programme de justice restaurative étudié. Les auteurs ont procédé à une analyse des données, c’est-à-dire à des calculs de taille d’effet.

Résultats quantitatifs : 22 études portant sur 35 programmes de justice restaurative ont produit 66 tailles d’effet qui ont servi à la méta-analyse.  72% des études font état d’une baisse de la récidive, la baisse la plus significative est de 7%. Certains programmes font état d’une baisse de 38% et d’autres d’une hausse de 23%. Les victimes sont davantage satisfaites par la justice restaurative comparativement à la justice pénale tout comme les auteurs mais ces derniers le sont moins significativement.

Résultats qualitatifs : Comparativement aux approches classiques, la justice restaurative permet de mieux atteindre chacun des quatre objectifs principaux : les programmes de justice restaurative permettent d’améliorer la satisfaction des victimes et des auteurs, offrent aux délinquants la possibilité de se conformer davantage aux accords de dédommagement et ils réduisent la récidive par rapport aux prise en charge en matière de justice pénale.

Remarques : Les résultats de la présente méta-analyse sont nuancés par le « biais du libre choix » : étant donné que la justice restaurative est un processus volontaire, les participants à ses programmes peuvent être plus motivés que ceux du groupe contrôle. Les hauts taux d’attrition mesurés (c’est-à-dire de refus des personnes à qui est proposée une mesure restaurative d’y participer) corroborent cette préoccupation. Les auteurs recommandent d’utiliser d’autres méthodes afin de mesurer l’efficacité des programmes restauratifs : par exemple, ils proposent de concevoir des questionnaires mesurant la motivation des participants, des membres du groupe de contrôle et de ceux ayant refusé de prendre part à la mesure restaurative. La justice restaurative pourrait être associée à un traitement approprié, c’est-à-dire un processus de réadaptation visant particulièrement la baisse de la récidive dans le cadre d’une approche globale. Les auteurs constatent également de faibles différences entre la médiation et la conférence, mais il semblerait que le taux de satisfaction soit légèrement plus élevé pour la première, ce qu’ils expliquent au regard du nombre réduit de participants.

Lien : http://www.justice.gc.ca/eng/rp-pr/csj-sjc/jsp-sjp/rp01_1-dr01_1/rp01_1.pdf et http://www.antoniocasella.eu/restorative/Latimer_2005.pdf

 

 

I.F.J.R, BP 70131, 64001 PAU CEDEX 01