A summary of the evaluation of six california victim-offender reconciliation programs

Auteur (s) : A. EVJE, R. CUSHMAN

Titre : A summary of the evaluation of six california victim-offender reconciliation programs

Année : 2000

Type de mesure : Médiation restaurative (VORP = Victim Offender Reconciliation Programs)

Lieu (x)/ localisation : États-Unis (Californie)

Méthodologie : L’étude a été menée sur 6 programmes de médiation en Californie qui concernaient les jeunes auteurs d’infractions. Une loi dite Assembly Bill 320 (AB 320) a été introduite par l’Assemblée législative de Californie afin d’établir des programmes de médiations dans 3 comtés de Californie mais un véto du gouverneur Wilson a précisé que des programmes de médiations existaient déjà et qu’il serait plus pertinent de les évaluer. Une recherche a été financée par le conseil de la magistrature afin d’évaluer l’efficacité des programmes. L’évaluation procède classiquement par comparaison entre un groupe expérimental et un groupe de contrôle.

Résultats quantitatifs : Le montant des réparations payées dans le groupe expérimental a été bien plus élevé que les 40% prévu par l’AB 320 par rapport à celui collecté dans le groupe de contrôle. Le montant moyen de l’argent collecté dans le groupe médiation va de 29,62$ à 271,15$ selon les sites. Ce montant excède celui collecté dans le groupe de contrôle de 158% à 1000%. Le montant moyen des restitutions versées par les jeunes lorsque ceux-ci étaient obligés de verser une réparation dans les groupes médiations s’étend de 82,50$ à 542,30$. Ces montants sont supérieurs à ceux versés par les jeunes du groupe de contrôle également soumis à une obligation de restitution de 95% à plus de 1000% selon les sites. Pour 5 des 6 programmes évalués le taux de récidive des participants est au moins plus bas de 10% que pour le groupe contrôle (de 21% à 105%plus bas). 10% à 30% (selon le site) des victimes orientées vers le programmes de médiation ont refusé d’y participer. Entre 6% et 39% des auteurs qui ont été orientés vers le programme refusèrent d’y participer. Entre 70% et 93% des accords ont été complétés.

Résultats qualitatifs : Les jeunes ayant participé à une médiation s’acquittent plus souvent d’une réparation envers la ou les victimes, ils sont moins susceptibles de récidiver, et les participants en général sont satisfaits du programme. Le taux de satisfaction des auteurs et des victimes atteint les 90%. Il s’agit là de l’une des plus fortes mesures du succès des programmes de médiation. Des indicateurs additionnels de leur succès sont identifiés par les évaluateurs : des mesures de service communautaire (TIG) prononcées et complétées ; l’augmentation du nombre de médiations ; la diminution du temps de traitement des affaires ; les médiateurs sont satisfaits ; satisfaction au sein de système de justice officiel ; des données supplémentaires sur les victimes et les auteurs ; des suggestions pour de futures améliorations ; des exemples d’accords issus des médiations.

Remarques : Comme le démontrent les résultats précédents, les quatre domaines évalués par l’étude des 6 sites identifiés sont : les réparations, la récidive, la participation au programme et des indicateurs et mesures supplémentaires du succès des programmes. Ce dernier point est le critère d’évaluation le plus original par rapport aux autres qui sont beaucoup plus classiques en termes d’évaluation des programmes de justice restaurative.

Lien : http://www.courts.ca.gov/documents/vorp.pdf

I.F.J.R, BP 70131, 64001 PAU CEDEX 01